Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
associationmaintendue.over-blog.com

Des Handicapés filmés NON-STOP à leur insu jusque dans leur chambre !

5 Juillet 2016 , Rédigé par Main - Tendue

 

 Dans les couloirs, les parties communes et jusque dans les chambres… Plainte déposée, l'enquêteur confirme la mise en place totalement illégale de ce dispositif et surtout l'absence de consentement des personnes concernées et de leurs proches.  les images, parfois intimes, projetées dans une salle dédiée sur une mosaïque d'écrans, peuvent être vues par l'ensemble du personnel, en direct ou en différé. D'anciens salariés de la MAS ( Maison d 'Accueil Spécialisée ou les faits ont été relevés)évoquent des « abus de visionnages s'accompagnant de moqueries, notamment au vu des images de scènes intimes »

Un risque pénal

Loïc Ricour, directeur du pôle santé du Défenseur des droits, qualifie cette situation « d'acte délibéré de maltraitance à l'égard de personnes en situation de handicap, et donc particulièrement vulnérables », Rappelons que le fait de filmer et d'enregistrer un résident sans son consentement dans sa chambre, considérée comme un lieu privé, est passible d'un an de prison et de 45 000 € d'amende.

https://informations.handicap.fr

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Aritide 12/07/2016 13:23

Excellente idée monsieur le directeur !..pourquoi certains bénéficieraient de prérogatives au détriment des handicapés .Il serait judicieux d'étaler au grand jour ce qui se passe véritablement dans les établissements, pour montrer le travail réaliser et valoriser les handicapés.
Puis partant de là, pas question de les cacher,mais de les insérer dans notre société qui est ouverte à toutes les catégories humaines .

Directeur 09/07/2016 23:44

Il me vient une idée : eh si l'on filmait les éducateurs au travail.Puis que l'on réaliserait un commentaire sur leur travail.Quel en serait le résultat ?...Excellent moyen d'appréciation ! .. Nous pourrions aussi nous moquer de certains moments épiques.
Puis diffuser ce film sur internet pour que le public puisse apprécier le travail réalisé....

Main - Tendue 10/07/2016 18:33

En constatant la gravité des faits, ce retour à 'l'envoyeur' ne serai que justice.....

Elu communal 06/07/2016 23:39

Mais c'est devenu infernal cette vie en établissements médico-sociaux,le personnel éducatif film les handicapés pour en suite les dénigrer. Certaines directions interdisent au personnel éducatif de parler aux parents et tuteurs.Que de dysfonctionnements, tous au détriment des handicapés,alors qu'il existe des moyens de contrôles et de sanctions.
Administrations responsables, assumez votre rôle de surveillant, de régulateur puis sanctionnés les débordements pour que de tels agissements soient bannis.

Parents/handicapé pas si different 06/07/2016 15:05

Nous venons de lire l'article, nous en pleurons!
Que vont devenir nos enfants lorsque nous ne serons plus en vie?
Battons nous dés maintenant contre ce type de personnes ,

retraité secteur medical 06/07/2016 15:02

Du voyeurisme, des pervers . vous avez raison interdiction d'exercer dans le secteur social, et scolaire, c'est tellement plus facile de s'attaquer aux plus faibles.
La prison pour des personnes comme ça, c'est encore trop beau , mettons les avec des pancartes sur le dos en pleine ville.. expliquant ainsi les faits, et la maltraitance aux handicapés.

Président d'Association 05/07/2016 23:13

Nous sommes en France? pour voir de tels agissements à l'encontre de personnes sans défense, c'est à peine croyable . Des handicapés filmés par des professionnels, que j'appellerais des voyeurs,qui en plus utilisent ces clichés pour se moquer d'handicapés ce sont des voyous. Une seule issue est obligatoire c'est la prison accompagnée d'une interdiction d'exercer dans le secteur médico - social.
De tels agissements arrivent à être dénoncés, par contre la décision de sanction sera prise dans quel délai ?...Il ne faut surtout pas attendre que de tels agissements se reproduisent...
..

anonyme 05/07/2016 21:56

licencier sans délai le directeur, et toutes les personnes qui ne disent rien devant une pratique de lâche, n'assurant pas leur travail, .